éthique

Un projet qui se base sur une éthique et des valeurs qui me sont chères !

Atteindre zéro transport carboné

N'utiliser aucun moyen de transport carboné, voilà un des objectifs ! Tous mes déplacements se font à pied, ou, en cas de pépins, en auto-stop !

Il faut arriver à réinventer nos manières de se déplacer !

Une nouvelle vie !

Une nouvelle manière de vivre, qu'il faut réussir à inventer ! Pour être plus proche de ses convictions, pour s'éloigner drastiquement de la petite musique qui nous impose un certain modèle de réussite, à tout prix !

Revoir nos priorités et les assumer !

Une consommation réduite

Arriver à vivre avec seulement 25kg de matériel pendant plusieurs mois/années, un sacré objectif ! Dans celui-ci, limiter autant que possible le changement de matériel et augmenter sa durabilité ...

Nous avons besoin de moins consommer !

Le manifeste

Bon ... Outre ces petites infos-bulles qui vont me faire passer pour un coach de développement personnel bien plus que comme quelqu'un d'engagé en faveur d'une certaine vision de l'écologie, ce petit texte cherche à vous expliquer en détail les raisons qui m'ont poussé à réaliser ce projet.

L'écologie ne peut être seulement incarnée par des petits gestes individuels, visant à réduire notre empreinte globale, tout en gardant le système qui nous a mené là où nous sommes. L'écologie est aussi politique !

Politique dans le sens du commun, dans le sens de faire société, ensemble ! Pour cela, nous avons besoin de réinventer collectivement de nouvelles utopies, de trouver de nouvelles manières de vivre ensemble, en redéfinissant totalement nos normes sociales. L'écologie politique est la porte d'entrée sur toutes ces choses. Elle est nécessaire, pour que l'écologie ne soit pas punitive, mais offre une porte de sortie qui soit émancipatrice. En accord avec notre bien commun le plus précieux : la Terre et l'ensemble de la vie qu'elle abrite !

Les constats nécessaires à la prise de décision !

Loin de moi l'idée de vous faire un constat exhaustif de la situation de notre monde à l'instant où j'écris ces lignes, en particulier sur les conséquences environnementales engendrées par notre modèle thermo-industriel. Mais le constat est sans appel : si nous ne changeons pas rapidement notre manière de vivre, de produire, les conséquences sur le vivant seront dramatiques, elles le sont déjà !

Les sciences, en particulier celles liées à l'environnement, m'ont toujours passionné. L'universalité et l'immuabilité des lois qui régissent le vivant, l'univers, ou ce que l'on veut, a quelque chose d'extraordinaire. La science nous ramène à notre petitesse d'être humain pour nous faire voyager dans un autre monde... Alors, année après année, j'ai poursuivi mes études jusqu'à l’obtention d'un doctorat en Sciences de la Terre, à consulter ici (pour les plus curieux). Mais quelque chose n'allait pas...

Ma soutenance de thèse, 29 avril 2019

En tant que scientifique, en parallèle des recherches, il est assez naturel de critiquer le productivisme, d'alerter les gens sur l'état de notre monde. De faire un gros "Hello the world, we're dying !", comme je viens de le faire précédemment.

Mais comme toute chose sur cette terre qui dépend du politique, la recherche est aussi gangrenée par un productivisme effréné, par le manque de moyens, de postes, par le burn-out, et toutes ces belles choses qui façonnent notre monde moderne.
Justement ces choses qui nous amènent à cette crise environnementale, humaine et sociale !

Ce paradoxe m'était devenu insupportable. Il fallait trouver une échappatoire pour me rapprocher de mes idéaux et pour me préserver, aussi.

Le choix de la nature : celui de la facilité ?

Une fois que l'on a fait ce constat, on a déjà fait la moitié du chemin. Reste à l'ancrer dans le réel et à se lancer !

Plus qu'une simple question liée à la randonnée, je dirais que la problématique était beaucoup plus existentielle : comment arriver à vivre en accord avec ses idéaux ? Comment se constituer un quotidien vivable à l'échelle personnelle, qui soit également soutenable pour les autres ? Comment contribuer à la société, apporter sa petite pierre à l'édifice, sans renoncer à notre liberté individuelle qui nous est chère ? De sacrées interrogations, hein ?!

Que faire alors ? A ce moment-là, deux possibilités s'ouvraient à moi :

  • Un projet plus personnel : celui que vous découvrez en parcourant ce site... La randonnée et la photographie étaient au centre de ma vie depuis de nombreuses années, l'idée d'en faire plus qu'un passe-temps est ainsi apparue comme quelque chose d'assez naturel. Alors pourquoi ne pas essayer d'en faire une profession à part entière ?
  • Il y avait aussi la lutte. Une lutte nécessaire pour un monde plus juste, plus respectueux les uns des autres, de la planète, etc... Mais alors, comment l'organiser, la réaliser ? Comment lutter contre un système, tout en étant ancré dedans, et exploité par celui-ci ?
  • Pas facile de concilier les deux ? C'était un peu le pari ici : arriver à trouver une sorte d'équilibre entre ces deux points, en essayant de faire naître des vocations en vous convaincant qu'une émancipation relative à ce système est possible, tout en gardant une certaine autonomie personnelle.
Strasbourg et la Forêt Noire au loin, près de Scharrachbergheim, 18 juin 2019

Partir comme je l'ai fait fut peut-être dans un certain sens le choix de la facilité ? Même si je ne pense pas cela réellement, disons que parfois je culpabilise un peu, quand sur les chemins une nouvelle du monde arrive. On se sent impuissant et on rage d'être loin de l'action ! A moi alors d'essayer d'apporter quelque chose en conciliant l'ensemble : ce que je tente à travers cette web-série :).

La nature : la sensibilisation par l'émerveillement

Voilà, on rentre dans le vif du sujet : l'idée générale qui est cachée derrière cette web-série. Qu'est-ce qui a motivé sa production ? Comment contribuer à mon échelle à un certain idéal de vie, par cette recherche d'émancipation personnelle ?

Influençeur.çeuse, voilà un nouveau mot qui devient à la mode depuis que chacun.e peut prendre une caméra pour parler de ses convictions, pour communiquer sur une passion, quelle qu'elle soit, partout dans le monde. Il est clair que cela peut être problématique, polémique, avec ses nombreux excès qu'on connaît. Mais cela a aussi de très bons côtés, car de nombreuses initiatives sont relayées par le biais des réseaux sociaux, montrant que toute une partie de la société se réorganise pour proposer des alternatives, de chouettes utopies. Et, en ce sens, nous sommes tous positivement influencé par cela dans nos vies quotidiennes, et tant mieux ! Et on se dit, pourquoi pas nous ?

près d'Annecy, 10 septembre 2019

Certaines fois, un doute subsiste et voir les gens s'épanouir dans ces projets nous donne le courage de sauter le pas ! Je fus l'un de ceux-là ! Alors voilà un des points qui me tient à cœur et que j'essaye de faire passer à travers cette web-série : essayer de vous communiquer ce courage qu'il faut pour se lancer , pour vous lancer ? Parce que oui, ce n'est pas si facile, mais choisir de vivre de nos passions, de ce qu'on aime faire, c'est un sacré objectif de vie, non ? Je disais dans la première vidéo de la chaîne, "si ma web-série permet de vous donner le brin de courage nécessaire à sauter le pas et suivre vos rêves, alors ce sera le plus bel objectif que j'aurais réussi sur ce voyage". Cela n'a pas changé, à la différence que maintenant, j'ai reçu quelques messages de personnes ayant décidé de sauter le pas ! Et quel plaisir de les recevoir ! Merci !

Bien entendu, l'idée est aussi de vous montrer qu'une nature somptueuse est à notre portée. Pas besoin d'aller à l'autre bout du monde pour profiter des paysages somptueux qu'elle a à nous offrir. Cet émerveillement est un plaisir quotidien.

Une petite abeille solitaire, Lagrasse, 04 mai 2020

J'ai choisi une vie de nomade ... Vivre avec sa maison sur le dos implique forcément des désagréments, des petits trucs qui nous font parfois regretter le confort d'une douche chaude, d'une cuisine tout équipée permettant de partager un bon repas entre amis... Ça c'est sûr ! Mais cela implique aussi un certain retour à la simplicité ! Au cours de ces épisodes, j'essaye de vous décrire mes ressentis, mes états d'âmes, mes peurs, mes joies, en essayant de vous transmettre cette palette de sentiments.

Enfin, vous montrer les rencontres ! Au cours de cette aventure, je passe près d'un tiers de mon temps chez l'habitant : parfois pendant deux jours, parfois pendant trois semaines ! De nombreuses personnes permettent de faire vivre ce projet, par la générosité dont ils font preuve, par les échanges riches que l'on peut avoir, dans tous les sens du terme. C'est une expérience formidable à vivre... Être seul, arriver dans un village et sans planification aucune, savoir que des femmes et des hommes incroyables sont sûrement à deux pas... Quel plaisir !

Au milieu de la forêt, des gens organisaient un barbecue, et m'ont proposé de me joindre à eux, pour une belle soirée !, 8 août 2019

Alors, voilà, c'est aussi ça le but de cette web-série ! De montrer qu'en prenant le temps de la rencontre, on n'est jamais vraiment seul !. Des rencontres extraordinaires sont possibles, pour le meilleur !

Les perspectives ...

Il est clairement tôt pour en parler sérieusement ! Mais, vu que ce texte est écrit pendant le confinement, et que ce temps permet sans doute de mettre quelque peu nos vies en perspective, je voulais vous en toucher un mot.

Quand j'ai fait le choix de mettre en place ce projet, ce n'était pas seulement dans l'idée de faire un break pendant quelque temps, mais bien de me construire un avenir, plus proche de mes convictions et de mes passions. J'imagine que vous l'avez compris maintenant. Je ne compte donc pas m'arrêter en si bon chemin, une fois l’extrême sud du Portugal atteint.

Si le projet actuel se pérennise, que je peux vivre de cette passion sur du plus long terme, alors pourquoi diable s'arrêter au Portugal, et ne pas voir plus large ? Le Maroc serait alors à deux pas ... Avec cela, l'entrée en Afrique ! Pourquoi ne pas prendre alors la route du sud ? Rejoindre ensuite les Canaries en bateau stop, pour ensuite tenter de rejoindre l'Amérique du Sud, par un transatlantique ? Pourquoi ne pas alors commencer à traverser ce beau continent, pendant plusieurs années, toujours avec les mêmes préceptes qu'ici, c'est-à-dire par la marche, en cherchant les rencontres ?

Cette idée en est une parmi d'autres ! Difficile de trier dans tous ces projets tous aussi excitants les uns que les autres ! En tous les cas, continuer de produire cette web-série, ne pas s'arrêter à la première saison, voilà comment j'aimerai envisager l'avenir... Une chose est sûre, tout cela ne sera pas réalisable sans soutien, devenir mécène de ce projet, c'est me permettre de continuer mon projet de vie, et de vivre en adéquation avec mes valeurs. Alors, si vous aimez cette production et voulez qu'elle se pérennise, pensez à devenir mécène du projet !

A vous tous, merci, merci, merci !
Lire la suite ...